Promo !

La traversée de la Penfeld ** & * – Le Temps de l’épreuve ** – Le Temps de l’Inncocence *

De CAMILLE VALLEIX

Romain entre à l’École navale en cette année 1965 après deux années de préparation à Saint-Louis. Il découvre avec émerveillement un univers totalement nouveau et relate ses découvertes à ses proches restés à Paris. Roman épistolaire, roman d’apprentissage, Le Temps de l’Innocence émeut souvent, bouleverse parfois, mais l’humour n’est pas absent du regard que le héros porte sur lui-même…

(3 avis client)

20,00 19,00

Description

La traversée de la Penfeld ** & * – Le Temps de l’épreuve ** – Le Temps de l’Inncocence *

Dans la Collection Littérature

Dans la Collection Littérature, premier et deuxième épisode de la trilogie de Camille Valleix La Traversée de la Penfeld
Romain entre à l’École navale en cette année 1965 après deux années de préparation à Saint-Louis. Il découvre avec émerveillement un univers totalement nouveau et relate ses découvertes à ses proches restés à Paris. Roman épistolaire, roman d’apprentissage, Le Temps de l’Innocence émeut souvent, bouleverse parfois, mais l’humour n’est pas absent du regard que le héros porte sur lui-même.
Arrive l’accident, l’épreuve et avec elle Le Temps de l’Épreuve.
À Recouvrance complètera la trilogie en narrant le nécessaire travail de reconstruction d’un jeune homme et de son colocataire atteints tous les deux par une infirmité.
Un texte qui fait réfléchir, à travers des rituels d’initiation et des ruptures, sur le passage à l’âge adulte, mais aussi sur la vie, par les joies et les doutes confiés en direct par l’auteur.

CAMILLE VALLEIX

Camille Valleix a intégré l’École navale en 1965 et se sert de ses souvenirs pour explorer le champ du développement humain. Consultant, formateur et coach pendant plus de trente ans, il se livre ici à sa passion de toujours : transmettre par l’écriture. Écriture polémique qui veut dénoncer tout ce qui empêche de vivre pleinement : pressions culturelles, sociales, médiatiques, familiales. Écriture philosophique qui veut transmettre un début de sagesse acquise au long de sa vie et de ses expériences. Écriture enthousiaste qui traduit l’optimisme de l’auteur et sa joie profonde devant le miracle de l’existence.

Informations complémentaires

Poids 0.410 kg
Dimensions 12.5 × 21 × 4 cm
Nombre de page

366

Papier intérieur

Bouffant « Munken Print Cream » 80 g/m² – 1.5

Papier couverture

Papier création « Conquéror Vergé » Crème 220 g/m²

Façonnage

Dos carré collé

Numéro ISBN

978-2-9539684-1-5

3 avis pour La traversée de la Penfeld ** & * – Le Temps de l’épreuve ** – Le Temps de l’Inncocence *

  1. François T

    En commençant Le Temps de l’Innocence, j’étais loin de me douter que La Traversée de la Penfeld me conduirait aussi loin dans les questionnements du héros. De plus, sa vitalité, sa curiosité, ses doutes mêmes qui l’amènent à approfondir toute question, tout sujet de fond, m’ont interpelé. J’ai été scotché par les aventures qui lui arrivent dans À Recouvrance !

  2. Patrick B

    Quel souffle ! Quel vent du large ! Ça commence en douceur [La Traversée de la Penfeld], avec un jeune homme trop bien, trop sage et, petit à petit, on est entrainé dans une grande aventure hu-maine… mais la trilogie est-elle vraiment terminée ? On aimerait savoir ce que devient Romain une vingtaine d’années plus tard.

  3. François L

    Un ouvrage passionne plus son lecteur si celui-ci se sent directement concerné par ce qu’il lit. J’ai donc bien fait de te prendre le livre [La Traversée de la Penfeld] narrant les trois premiers mois à la Baille en 65 donc très similaires à 63.
    Le récit alerte « allume » ma mémoire, près d’un demi-siècle après :
    – soit en avivant des images/sensations dont je me suis toujours souvenu : l’odeur des msc, les moques, les chants tradis, les stamps…
    – soit en faisant ressurgir de l’inconscient des faits auxquels je n’avais plus pensé depuis longtemps : la marche-bibendum, le remorqueur à charbon, le chibi, le bal des debs,…
    Bravo pour la dimension psychologique « avec l’aide de Gaelle » et les définitions bien vues du refoulement, de la sublimation ou de la projection, autant de notions que mon itinéraire assez tourmenté m’aura fait vivre souvent douloureusement. Vous n’oubliez pas également l’importance de la dimension onirique en décrivant des rêves forts de Romain et son interprétation.
    Vous traitez avec tact et sensibilité les dimensions sentimentales, charnelles mais également spirituelles (avec son cortège d’interrogations) d’un bordache de 20 ans qui ne veut pas tricher. Vous montrez bien son caractère à la fois entier et vrai dans ses analyses sur la politique ou les différentes professions. Toujours tenter de distinguer le vrai du faux en particulier dans le domaine de l’amitié.
    Le vécu très difficile de l’hospitalisation de Romain est émouvant et la narration de la visite du Premar est à la fois drôle et profonde.
    Bravo, pour votre travail réussi car, pris par le livre, j’ai suspendu d’autres lectures.

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *